Baisse de la TVA dans la restauration de 19,6% à 5,5%

Publié le par djose4

 

Ce 1er Juillet 2009 est une date historique dans le domaine de la restauration : la TVA baisse de 19,6% à 5,5% (sauf pour les alcools).

Les effets positifs attendus :

- une baisse des prix sur certains plats et boissons ;

- la création d'emplois supplémentaires ;

- respect d'une promesse électorale.

Les effets négatifs immédiats de cet événement :

- des rentrées d'argent en moins dans les caisses de l'Etat sur un filon inépuisable qu'est l'alimentaire. En temps de crise, c'est vraiment dommage car il va falloir chercher cet argent ailleurs ;

- porte-à-faux vis-à-vis d'autres pays européens qui n'appliquent pas cette baisse et mise en situation de faiblesse pour obtenir d'autres concessions auprès de Bruxelle.  


L'ensemble des restaurateurs auront un pouvoir d'achat plus important qui pourra être utiliser de la façon (parfois "panachée") suivante :
 
- augmenter le salaire de leurs employés et ainsi fidéliser les bons éléments. Cela permettra de récupérer des charges plus importante sur les salaires ;
 
- employer de nouveaux éléments de façon légale : cela nécessite de trouver le personnel formé adéquat et disponible; les charges des nouveaux salaires rentreront dans les caisses ;

- améliorer la qualité de service : proposer d'autres plats, faire des travaux pour améliorer la convivialité de l'endroit, renouveller le service (couverts, verres, plats, assiettes, etc...), renouveller le mobillier (tables, chaises, etc...), renouveller la tenue des serveurs, etc... 

- baisser les prix de certains plats et certaines boissons. Cela touchera en priorité ce qu'on appelle dans le jargon commercial les "produits d'appel". Cela peut se caractériser par exemple par l'assurance du café à 1€, la baisse des prix sur les boissons non alcoolisés, la salade composée un peu moins cher en cette période d'été, etc... .Cette baisse de prix sera l'occasion d'attirer une nouvelle clientèle et de maintenir celle déjà en place.

- ne rien faire de plus car la notoriété de l'endroit n'est plus à prouver, car des efforts financiers contraignants ont déjà été faits tout au long de l'année (augmentation du prix des denrées, baisse de la clientèle, manque à gagner important, ...) , car dans une entreprise à but commercial il n'y a pas de petits profits voire tous les moyens d'en faire sont bons, etc...

Pour les consommateurs que nous sommes, dans le fond pas de grands changements dans nos habitudes :
- restaurants plutôt de qualité et en fonction de ses ressources  dans les grandes occasions ;
- restaurants "bon marché" et/ou conviviaux pour des repas fréquents ;
- paiement d'une nouvelle taxe ou l'augmentation d'une taxe déjà existante pour financer le "manque à gagner" de cette baisse de TVA si la majorité des restaurateurs "ne jouent pas le jeu" des résultats positifs attendus.

L'avenir nous dira en effet si cette mesure aura été salutaire pour notre tissus commercial. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article